Les fleurs abstraites et teintées d’érotisme de Georgia O’Keeffe

Considérée comme l’une des plus grandes figures de l’art nord-américain du 20e siècle, Georgia O’Keeffe (1887 – 1986) est assez peu populaire en France. Et pour cause, il aura fallu attendre 2021 pour qu’un musée lui consacre enfin une rétrospective. Avec l’exposition « Georgia O’Keeffe », le Centre Pompidou s’y colle et n’a pas fait l’impasse sur ses fleurs emblématiques teintées d’érotisme.

Francis, le blaireau indécrottable, fête ses 30 ans. Rencontre avec les auteurs Claire & Jake.

Méchant juste ce qu’il faut, Francis, le blaireau indécrottable imaginé par Claire & Jake il y a 30 ans, ne cesse de semer la zizanie dans la campagne. Avec une certaine nonchalance, il s’y promène mais à chaque courte scènette d’une page, patatras, tout part en vrille ! Rencontre avec les auteurs de cette série décapante et loufoque.

Inteview. Hugues Barthe : « Aujourd’hui, j’ai senti que les professeurs étaient beaucoup plus frileux et n’avaient plus envie de parler de ce genre de livre »

Auteur du culte « Le Petit Lulu », roman graphique autobiographique, Hugues Barthe agrémente « Hugo est gay, Dans la peau d’un jeune homo », paru en 2006, d’un nouveau personnage venu de 2021. Par ce biais, il réactualise son ouvrage daté, mais encore nécessaire.

Par Toutatis, l’exposition « Uderzo, Comme une potion magique » ouvre ses portes. Focus sur six œuvres.

Un an après la disparition du maître du 9ème art, le musée Maillol rend hommage à Albert Uderzo à travers l’exposition inédite Uderzo, Comme une potion magique. Astérix y tient évidement une place de choix, mais cette rétrospective retrace toute la carrière du dessinateur et auteur qui commença très tôt, bien avant la naissance du petit Gaulois, alors qu’il avait 13 ans à peine.

Flèche Love : « Si je n’avais pas été une musicienne, je pense que j’aurais été une scientifique. »

Comme Björk ou Grimes, Flèche Love perçoit la musique tel un terrain d’expérimentation et trouve l’inspiration dans les sciences. Avec le très attendu « Naga (Part 2) », l’artiste suisso-algérienne clôt de façon magistrale son diptyque sensationnel et nous plonge dans un univers foisonnant dans lequel le rap, les rythmes tribaux et les cœurs puissants se côtoient, tout comme les paillons à tête de mort et les satellites de Saturne. Nous l’avons rencontrée.