Requin Chagrin, la dream pop au top

Requin Chagrin revient avec « Bye Bye Baby », un troisième album qui propulse la dream pop française vers les sommets.

« Déjà vu » extrait du nouvel album de Requin Chagrin « Bye Bye Baby »

Véritable ode aux synthétiseurs, « Bye Bye Baby » évoque l’âge d’or de Cocteau Twins ou la dream pop plus actuelle de Beach House, mais Marion Brunetto de son vrai nom a eu la bonne idée de miser sur des textes en français, contrairement à ce que le titre de l’album pourrait laisser penser. Il y est question de confusion des sentiments, des éléments de la nuits et bien évidement de rêveries. Éthéré et porté par des mélodie planantes, « Bye Bye Baby » résonne comme un écho lumineux et entêtant vers lequel nos oreilles s’orientent tout naturellement.

Bye Bye Baby, le troisième album de Requin Chagrin

A lire aussi :

INTERVIEW. Lonny : « La mélancolie m’a permis de créer de la beauté et de me soigner quand je n’allais pas bien. Je n’en ai pas peur. »

Elle a toujours su qu’elle choisirait la musique pour s’exprimer. Armée de sa guitare et de son premier album « Ex-Voto », Lonny se positionne sur la scène folk, foisonnante mais rarement passionnante, et s’en démarque par son sens incroyable de la mélodie et la délicatesse de son écriture un brin abstraite mais poétique. Dans le genre, nous n’avions rien écouté d’aussi beau depuis « A Song is way above the lawn » le dernier disque de Karen Peris, un des meilleurs de 2021. C’est vous dire combien nous avons été touché par les chansons feutrées et aériennes de Lonny, une artiste incroyable et nourrie aux paradoxes. Petit éclaircissement !

De Charlotte Fever à Basile Palace en passant par Cabadzi et Yasmin Pigeon, la playlist découverte du lundi

Au programme : Charlotte Fever, Basile Palace, Cabadzi, Yasmin Pigeon, Pandapendu, Nemahsis, Méduses, Charmless, Rallye, Chris Garneau, Serge de York et Vanessa Philippe.

« Le Poids des héros », un ouvrage d’une grande beauté sur la mémoire et la transmission

Après avoir sublimé « Le joueur d’échec » de Stefan Zweig, David Sala présente « Le poids des héros », une autobiographie foisonnante empreinte des figures tutélaires de ses grands-pères, héros de guerre et de résistance.