Requin Chagrin, la dream pop au top

Requin Chagrin revient avec « Bye Bye Baby », un troisième album qui propulse la dream pop française vers les sommets.

« Déjà vu » extrait du nouvel album de Requin Chagrin « Bye Bye Baby »

Véritable ode aux synthétiseurs, « Bye Bye Baby » évoque l’âge d’or de Cocteau Twins ou la dream pop plus actuelle de Beach House, mais Marion Brunetto de son vrai nom a eu la bonne idée de miser sur des textes en français, contrairement à ce que le titre de l’album pourrait laisser penser. Il y est question de confusion des sentiments, des éléments de la nuits et bien évidement de rêveries. Éthéré et porté par des mélodie planantes, « Bye Bye Baby » résonne comme un écho lumineux et entêtant vers lequel nos oreilles s’orientent tout naturellement.

« Bye Bye Baby », le troisième album de Requin Chagrin

A lire aussi :

De Stromae à Adele en passant par James Blake et Yoa, la playlist de la semaine

Au programme : Stromae, Adele, James Blake, Savanah, Yoa, Lùisa, LP, Crystal Murray, Moonchild Sanelly & Sad Night Dynamite et Emily Wells.

Flèche Love : « Si je n’avais pas été une musicienne, je pense que j’aurais été une scientifique. »

Comme Björk ou Grimes, Flèche Love perçoit la musique tel un terrain d’expérimentation et trouve l’inspiration dans les sciences. Avec le très attendu « Naga (Part 2) », l’artiste suisso-algérienne clôt de façon magistrale son diptyque sensationnel et nous plonge dans un univers foisonnant dans lequel le rap, les rythmes tribaux et les cœurs puissants se côtoient, tout comme les paillons à tête de mort et les satellites de Saturne. Nous l’avons rencontrée.

Le Musée d’Orsay met en lumière la face collectionneur du peintre Paul Signac

Peintre autodidacte et pionnier du pointillisme aux côtés de Georges Seurat, Paul Signac était aussi un grand collectionneur d’art. Le Musée d’Orsay dévoile une grande et belle partie de ses acquisitions le temps de l’exposition « Signac collectionneur ». Incontournable !