Françoiz Breut, la modernité de la chanson française

La colère de Françoiz Breut ne désemplit pas mais nous séduit une nouvelle fois grâce à son nouvel album fiévreux « Flux Flou de la Foule ».

« Mes péchés s’accumulent » extrait du nouvel album de Françoiz Breut « Flux Flou de la Foule »

Françoiz Breut aura longtemps été la voix féminine des débuts de Dominique A. La chanteuse illuminait notamment les chansons « Le Twenty-two bar » ou « Le Travail », puis s’est faite remarquer par un premier album éponyme paru en 1997 et un second en 2000 « Vingt à trente mille jours » au casting impressionnant : Dominique A, Philippe Katerine, Yann Tiersen, Joey Burns (Calexico), Fabrice Dumont (Autour de Lucie)… mais allez savoir pourquoi ? Nous avions presque fini par l’oublier. Question de mode ? Soif de nouveauté ? Sûrement ! Mais aujourd’hui, nous ne pouvons ignorer son déjà septième album « Flux Flou de la Foule », un opus brûlant de onze chansons françaises électroniques et organiques, incontournables et incroyablement modernes. L’artiste au phrasé reconnaissable nous y laisse entrevoir un monde urbain quasi post apocalyptique, déshumanisé et traversé par des routes inquiétantes « Juste de passage » et « Flux Flou de la Foule ».

« Dérives urbaines dans la ville cannibale » extrait du nouvel album de Françoiz Breut « Flux Flou de la Foule »

Il se dégage de l’ensemble une tension électrique palpable mais envoûtante. « Flux Flou de la Foule » est un disque complexe, kafkaïen, constitué d’images fortes mais aussi enivrant et totalement accessible.

« Flux Flou de la Foule », le septième album de Françoiz Breut

A lire aussi :

De Stromae à Adele en passant par James Blake et Yoa, la playlist de la semaine

Au programme : Stromae, Adele, James Blake, Savanah, Yoa, Lùisa, LP, Crystal Murray, Moonchild Sanelly & Sad Night Dynamite et Emily Wells.

Flèche Love : « Si je n’avais pas été une musicienne, je pense que j’aurais été une scientifique. »

Comme Björk ou Grimes, Flèche Love perçoit la musique tel un terrain d’expérimentation et trouve l’inspiration dans les sciences. Avec le très attendu « Naga (Part 2) », l’artiste suisso-algérienne clôt de façon magistrale son diptyque sensationnel et nous plonge dans un univers foisonnant dans lequel le rap, les rythmes tribaux et les cœurs puissants se côtoient, tout comme les paillons à tête de mort et les satellites de Saturne. Nous l’avons rencontrée.

Le Musée d’Orsay met en lumière la face collectionneur du peintre Paul Signac

Peintre autodidacte et pionnier du pointillisme aux côtés de Georges Seurat, Paul Signac était aussi un grand collectionneur d’art. Le Musée d’Orsay dévoile une grande et belle partie de ses acquisitions le temps de l’exposition « Signac collectionneur ». Incontournable !