Françoiz Breut, la modernité de la chanson française

La colère de Françoiz Breut ne désemplit pas mais nous séduit une nouvelle fois grâce à son nouvel album fiévreux « Flux Flou de la Foule ».

« Mes péchés s’accumulent » extrait du nouvel album de Françoiz Breut « Flux Flou de la Foule »

Françoiz Breut aura longtemps été la voix féminine des débuts de Dominique A. La chanteuse illuminait notamment les chansons « Le Twenty-two bar » ou « Le Travail », puis s’est faite remarquer par un premier album éponyme paru en 1997 et un second en 2000 « Vingt à trente mille jours » au casting impressionnant : Dominique A, Philippe Katerine, Yann Tiersen, Joey Burns (Calexico), Fabrice Dumont (Autour de Lucie)… mais allez savoir pourquoi ? Nous avions presque fini par l’oublier. Question de mode ? Soif de nouveauté ? Sûrement ! Mais aujourd’hui, nous ne pouvons ignorer son déjà septième album « Flux Flou de la Foule », un opus brûlant de onze chansons françaises électroniques et organiques, incontournables et incroyablement modernes. L’artiste au phrasé reconnaissable nous y laisse entrevoir un monde urbain quasi post apocalyptique, déshumanisé et traversé par des routes inquiétantes « Juste de passage » et « Flux Flou de la Foule ».

« Dérives urbaines dans la ville cannibale » extrait du nouvel album de Françoiz Breut « Flux Flou de la Foule »

Il se dégage de l’ensemble une tension électrique palpable mais envoûtante. « Flux Flou de la Foule » est un disque complexe, kafkaïen, constitué d’images fortes mais aussi enivrant et totalement accessible.

« Flux Flou de la Foule », le septième album de Françoiz Breut

A lire aussi :

De Christine and the Queens à Jeanne Added en passant par Working Men’s Club et Tamino, la playlist de la semaine

Au programme : Working Men’s Club, Christine and the Queens, Jeanne Added, Tamino, Aime Simone, Aurus, Lucky Love, Chien Noir, Le Paon, Ashe, Polycool et Melrose.

La Bourse de Commerce défie le temps, via « Une seconde d’éternité ». Une exposition complexe, engagée et poétique !

Prolongeant l’exposition « Felix Gonzalez-Torres – Roni Horn » à OPERA (QM.15) de Dominique Gonzalez-Foerster dévoilée en avril, « Une seconde d’éternité » dessine un parcours inspiré par la question et l’expérience du temps, à travers un ensemble d’œuvres de la Collection Pinault. Peuplé de fantômes et constitué de moments suspendus, le parcours évoque la quête d’un insaisissable infini. Passionnant !

Breakwater, une chronique douce-amère d’une grande mélancolie !

Elu parmi les 20 meilleurs romans graphiques de 2020 par le New York Times, « Breakwater » révèle une grande auteure londonienne !