Eddy de Pretto, le roi du mixe entre hip-hop et chanson française

Véritable phénomène apparu en 2017 et révélé par le tube « Kid », Eddy de Pretto dévoile « A tous les bâtards », un deuxième album très attendu.

« Bateaux mouches » extrait du deuxième album d’Eddy de Pretto « A tous les bâtards »

Talent hors norme, Eddy de Pretto a su dès ses débuts mixer hip-hop et chanson française mieux que personne. Véritable claque, sa chanson « Kid », portée par une écriture sans concession, a propulsé le jeune homme de Créteil sur la scène branchée parisienne puis sous les projecteurs des plateaux de télévision. Le phénomène était partout. S’en est suivi le sucés de son album « Cure », déjà un classique ! Alors, c’est peu dire que son second opus était attendu au tournant. Enfin disponible, « A tous les bâtards » reçoit déjà un bel accueil critique et public bien mérité. Dans « Bateau mouche », le premier single, l’artiste raconte sa période d’ombre, lorsqu’il ne faisait partie que du décors et qu’il vendait du rêve aux clients de ces embarcations en reprenant Nina Simone, Edith Piaf, Charles Aznavour ou encore Rihanna. Eddy se dévoile une nouvelle fois tout au long d’« A tous les bâtards » sans pudeur, avec rage et élégance. Ces 15 nouvelles histoires lui appartiennent mais résonnent en nous comme les beats francs qui les accompagnent.

Fiévreux et entêtant, « A tous les bâtards » est un disque populaire, humaniste et exigeant. Une grande réussite.

« A tous les bâtards », le deuxième album d’Eddy de Pretto

A lire aussi :

De Stromae à Adele en passant par James Blake et Yoa, la playlist de la semaine

Au programme : Stromae, Adele, James Blake, Savanah, Yoa, Lùisa, LP, Crystal Murray, Moonchild Sanelly & Sad Night Dynamite et Emily Wells.

Flèche Love : « Si je n’avais pas été une musicienne, je pense que j’aurais été une scientifique. »

Comme Björk ou Grimes, Flèche Love perçoit la musique tel un terrain d’expérimentation et trouve l’inspiration dans les sciences. Avec le très attendu « Naga (Part 2) », l’artiste suisso-algérienne clôt de façon magistrale son diptyque sensationnel et nous plonge dans un univers foisonnant dans lequel le rap, les rythmes tribaux et les cœurs puissants se côtoient, tout comme les paillons à tête de mort et les satellites de Saturne. Nous l’avons rencontrée.

Le Musée d’Orsay met en lumière la face collectionneur du peintre Paul Signac

Peintre autodidacte et pionnier du pointillisme aux côtés de Georges Seurat, Paul Signac était aussi un grand collectionneur d’art. Le Musée d’Orsay dévoile une grande et belle partie de ses acquisitions le temps de l’exposition « Signac collectionneur ». Incontournable !