Lana Del Rey, au-delà des modes

Lana Del Rey revient déjà avec « Chemtrails over the country club », un septième album d’une liberté totale. A 35 ans, la diva mélancolique s’affranchit des recettes commerciales et trace sa route. Nous la suivons volontiers.

« White Dress » extrait du nouvel album de Lana Del Rey « Chemtrails over the country club »

« Chemtrails over the country club », le septième album de Lana Del Rey s’inscrit dans la lignée de son précédent « Norman Fucking Rockwell ! ». Pas étonnant, la star a co-écrit ces onze nouvelles chansons mélancoliques et sensuelles avec le même partenaire, son acolyte Jack Antonoff. Pas de tubes évidents à l’horizon, mais qui aurait à l’époque parié sur « Vidéo Games » ? Le magnifique et tout aussi obsédant « Yosemite » pourrait bien à nouveau créer la surprise. Très homogène, ce nouvel opus dédié aux femmes flirte avec le folk mais reste toujours très cinématographique. Équipée d’un piano, d’une guitare et de sa voix au timbre désormais si familier, Elizabeth Woolridge Grant a misé sur l’épure et gagne en intensité. Avec ce nouvel album d’une rare élégance, glamour juste ce qu’il faut, la chanteuse californienne cloue le bec à ses détracteurs qui ne voyaient en elle que sa bouche de canard.

« Chemtrails over the country club » extrait du nouvel album de Lana Del Rey « Chemtrails over the country club »

Débarrassée des beats commerciaux et peu concernée par les critiques « people », Lana Del Rey continue son ascension vers une pop exigeante et nous promet une suite à cet élégant album avant la fin de l’année.

Chemtrails Country Club, le septième album de Lana Del Rey

A lire aussi :

De Stromae à Adele en passant par James Blake et Yoa, la playlist de la semaine

Au programme : Stromae, Adele, James Blake, Savanah, Yoa, Lùisa, LP, Crystal Murray, Moonchild Sanelly & Sad Night Dynamite et Emily Wells.

Flèche Love : « Si je n’avais pas été une musicienne, je pense que j’aurais été une scientifique. »

Comme Björk ou Grimes, Flèche Love perçoit la musique tel un terrain d’expérimentation et trouve l’inspiration dans les sciences. Avec le très attendu « Naga (Part 2) », l’artiste suisso-algérienne clôt de façon magistrale son diptyque sensationnel et nous plonge dans un univers foisonnant dans lequel le rap, les rythmes tribaux et les cœurs puissants se côtoient, tout comme les paillons à tête de mort et les satellites de Saturne. Nous l’avons rencontrée.

Le Musée d’Orsay met en lumière la face collectionneur du peintre Paul Signac

Peintre autodidacte et pionnier du pointillisme aux côtés de Georges Seurat, Paul Signac était aussi un grand collectionneur d’art. Le Musée d’Orsay dévoile une grande et belle partie de ses acquisitions le temps de l’exposition « Signac collectionneur ». Incontournable !