Lana Del Rey, au-delà des modes

Lana Del Rey revient déjà avec « Chemtrails over the country club », un septième album d’une liberté totale. A 35 ans, la diva mélancolique s’affranchit des recettes commerciales et trace sa route. Nous la suivons volontiers.

« White Dress » extrait du nouvel album de Lana Del Rey « Chemtrails over the country club »

« Chemtrails over the country club », le septième album de Lana Del Rey s’inscrit dans la lignée de son précédent « Norman Fucking Rockwell ! ». Pas étonnant, la star a co-écrit ces onze nouvelles chansons mélancoliques et sensuelles avec le même partenaire, son acolyte Jack Antonoff. Pas de tubes évidents à l’horizon, mais qui aurait à l’époque parié sur « Vidéo Games » ? Le magnifique et tout aussi obsédant « Yosemite » pourrait bien à nouveau créer la surprise. Très homogène, ce nouvel opus dédié aux femmes flirte avec le folk mais reste toujours très cinématographique. Équipée d’un piano, d’une guitare et de sa voix au timbre désormais si familier, Elizabeth Woolridge Grant a misé sur l’épure et gagne en intensité. Avec ce nouvel album d’une rare élégance, glamour juste ce qu’il faut, la chanteuse californienne cloue le bec à ses détracteurs qui ne voyaient en elle que sa bouche de canard.

« Chemtrails over the country club » extrait du nouvel album de Lana Del Rey « Chemtrails over the country club »

Débarrassée des beats commerciaux et peu concernée par les critiques « people », Lana Del Rey continue son ascension vers une pop exigeante et nous promet une suite à cet élégant album avant la fin de l’année.

Chemtrails Country Club, le septième album de Lana Del Rey

A lire aussi :

INTERVIEW. Lonny : « La mélancolie m’a permis de créer de la beauté et de me soigner quand je n’allais pas bien. Je n’en ai pas peur. »

Elle a toujours su qu’elle choisirait la musique pour s’exprimer. Armée de sa guitare et de son premier album « Ex-Voto », Lonny se positionne sur la scène folk, foisonnante mais rarement passionnante, et s’en démarque par son sens incroyable de la mélodie et la délicatesse de son écriture un brin abstraite mais poétique. Dans le genre, nous n’avions rien écouté d’aussi beau depuis « A Song is way above the lawn » le dernier disque de Karen Peris, un des meilleurs de 2021. C’est vous dire combien nous avons été touché par les chansons feutrées et aériennes de Lonny, une artiste incroyable et nourrie aux paradoxes. Petit éclaircissement !

De Charlotte Fever à Basile Palace en passant par Cabadzi et Yasmin Pigeon, la playlist découverte du lundi

Au programme : Charlotte Fever, Basile Palace, Cabadzi, Yasmin Pigeon, Pandapendu, Nemahsis, Méduses, Charmless, Rallye, Chris Garneau, Serge de York et Vanessa Philippe.

« Le Poids des héros », un ouvrage d’une grande beauté sur la mémoire et la transmission

Après avoir sublimé « Le joueur d’échec » de Stefan Zweig, David Sala présente « Le poids des héros », une autobiographie foisonnante empreinte des figures tutélaires de ses grands-pères, héros de guerre et de résistance.