Lana Del Rey, au-delà des modes

Lana Del Rey revient déjà avec « Chemtrails over the country club », un septième album d’une liberté totale. A 35 ans, la diva mélancolique s’affranchit des recettes commerciales et trace sa route. Nous la suivons volontiers.

« White Dress » extrait du nouvel album de Lana Del Rey « Chemtrails over the country club »

« Chemtrails over the country club », le septième album de Lana Del Rey s’inscrit dans la lignée de son précédent « Norman Fucking Rockwell ! ». Pas étonnant, la star a co-écrit ces onze nouvelles chansons mélancoliques et sensuelles avec le même partenaire, son acolyte Jack Antonoff. Pas de tubes évidents à l’horizon, mais qui aurait à l’époque parié sur « Vidéo Games » ? Le magnifique et tout aussi obsédant « Yosemite » pourrait bien à nouveau créer la surprise. Très homogène, ce nouvel opus dédié aux femmes flirte avec le folk mais reste toujours très cinématographique. Équipée d’un piano, d’une guitare et de sa voix au timbre désormais si familier, Elizabeth Woolridge Grant a misé sur l’épure et gagne en intensité. Avec ce nouvel album d’une rare élégance, glamour juste ce qu’il faut, la chanteuse californienne cloue le bec à ses détracteurs qui ne voyaient en elle que sa bouche de canard.

« Chemtrails over the country club » extrait du nouvel album de Lana Del Rey « Chemtrails over the country club »

Débarrassée des beats commerciaux et peu concernée par les critiques « people », Lana Del Rey continue son ascension vers une pop exigeante et nous promet une suite à cet élégant album avant la fin de l’année.

Chemtrails Country Club, le septième album de Lana Del Rey

A lire aussi :

De Christine and the Queens à Jeanne Added en passant par Working Men’s Club et Tamino, la playlist de la semaine

Au programme : Working Men’s Club, Christine and the Queens, Jeanne Added, Tamino, Aime Simone, Aurus, Lucky Love, Chien Noir, Le Paon, Ashe, Polycool et Melrose.

La Bourse de Commerce défie le temps, via « Une seconde d’éternité ». Une exposition complexe, engagée et poétique !

Prolongeant l’exposition « Felix Gonzalez-Torres – Roni Horn » à OPERA (QM.15) de Dominique Gonzalez-Foerster dévoilée en avril, « Une seconde d’éternité » dessine un parcours inspiré par la question et l’expérience du temps, à travers un ensemble d’œuvres de la Collection Pinault. Peuplé de fantômes et constitué de moments suspendus, le parcours évoque la quête d’un insaisissable infini. Passionnant !

Breakwater, une chronique douce-amère d’une grande mélancolie !

Elu parmi les 20 meilleurs romans graphiques de 2020 par le New York Times, « Breakwater » révèle une grande auteure londonienne !