Grâce à l’électro, Feu! Chatterton atteint les sommets du rock français

Après 10 ans de carrière, Feu! Chatterton nous ouvre les portes de son « Palais d’argile », un monument fait d’angoisses contemporaines et d’envolées lyriques poignantes, un chef-d’œuvre tout simplement !

« Monde Nouveau » extrait du troisième album de Feu! Chatterton « Palais d’argile »

Après « Monde nouveau », Arthur Teboul, le parolier poète de la bande, nous répète « Adieu monde adoré » dans « Cristaux liquide », le deuxième titre de « Palais d’argile ». Des mots qui sonnent comme un nouveau départ. Effectivement, le quintette a fait entrer l’électro d’Arnaud Rebotini (César de la meilleure musique originale pour « 120 battements par minute ») dans leur univers. Il ne s’agit pas d’un changement radical, mais d’une évolution remarquable qui permet au groupe français d’élargir son spectre musical et de l’enrichir sans le trahir. Dansant et résolument rock, « Palais d’argile » est du 100% Feu! Chatterton et aussi leur meilleur album. Un album tragique plein de vitalité voire d’humour qui nous dit en somme qu’il faut faire avec notre part d’ombre.

Magnifique parolier et conteur, Arthur Teboul nous bouleverse tout au long du disque et particulièrement avec « Ces bijoux de fer ». « Palais d’argile » permet à Feu! Chatterton de se hisser au somment de l’histoire du rock français !

« Palais d’Argile » le troisième album de Feu! Chatterton

A lire aussi :

De Christine and the Queens à Jeanne Added en passant par Working Men’s Club et Tamino, la playlist de la semaine

Au programme : Working Men’s Club, Christine and the Queens, Jeanne Added, Tamino, Aime Simone, Aurus, Lucky Love, Chien Noir, Le Paon, Ashe, Polycool et Melrose.

La Bourse de Commerce défie le temps, via « Une seconde d’éternité ». Une exposition complexe, engagée et poétique !

Prolongeant l’exposition « Felix Gonzalez-Torres – Roni Horn » à OPERA (QM.15) de Dominique Gonzalez-Foerster dévoilée en avril, « Une seconde d’éternité » dessine un parcours inspiré par la question et l’expérience du temps, à travers un ensemble d’œuvres de la Collection Pinault. Peuplé de fantômes et constitué de moments suspendus, le parcours évoque la quête d’un insaisissable infini. Passionnant !

Breakwater, une chronique douce-amère d’une grande mélancolie !

Elu parmi les 20 meilleurs romans graphiques de 2020 par le New York Times, « Breakwater » révèle une grande auteure londonienne !