Grâce à l’électro, Feu! Chatterton atteint les sommets du rock français

Après 10 ans de carrière, Feu! Chatterton nous ouvre les portes de son « Palais d’argile », un monument fait d’angoisses contemporaines et d’envolées lyriques poignantes, un chef-d’œuvre tout simplement !

« Monde Nouveau » extrait du troisième album de Feu! Chatterton « Palais d’argile »

Après « Monde nouveau », Arthur Teboul, le parolier poète de la bande, nous répète « Adieu monde adoré » dans « Cristaux liquide », le deuxième titre de « Palais d’argile ». Des mots qui sonnent comme un nouveau départ. Effectivement, le quintette a fait entrer l’électro d’Arnaud Rebotini (César de la meilleure musique originale pour « 120 battements par minute ») dans leur univers. Il ne s’agit pas d’un changement radical, mais d’une évolution remarquable qui permet au groupe français d’élargir son spectre musical et de l’enrichir sans le trahir. Dansant et résolument rock, « Palais d’argile » est du 100% Feu! Chatterton et aussi leur meilleur album. Un album tragique plein de vitalité voire d’humour qui nous dit en somme qu’il faut faire avec notre part d’ombre.

Magnifique parolier et conteur, Arthur Teboul nous bouleverse tout au long du disque et particulièrement avec « Ces bijoux de fer ». « Palais d’argile » permet à Feu! Chatterton de se hisser au somment de l’histoire du rock français !

« Palais d’Argile » le troisième album de Feu! Chatterton

A lire aussi :

Le Festival Pop & Psy fait le point sur la santé mentale. Ça fait du bien !

Vous n’allez pas bien ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul. Pour vous en convaincre, direction le Festival Pop & Psy. Cette première édition gratuite investit le Ground Control, à Paris du 7 au 9 octobre ! Au programme : des concerts, des DJ sets, des tables rondes, des ateliers… de quoi se réjouir !

A l’aube d’un nouveau jour, Tamino s’habille de velours

Révélé en 2018 avec le langoureux « Habibi », extrait de son premier album « Amir » encensé par la critique, Tamino revient avec « Sahar », un second opus aussi beau qu’un lever de soleil sur le Nil !

Le Sacre du Printemps, l’alliance de deux monstres sacrés revue par 36 danseurs africains : 35 minutes particulièrement intenses !

« Le Sacre du Printemps » ou la rencontre de deux artistes fondateurs : Pina Bausch et Igor Stravinsky magnifiée par une troupe de danseurs africains à découvrir à La Villette : Un chef-d’œuvre !