La tempête initiatique de Jean-Sébastien Bérubé

Après le passionnant « Comment je ne suis pas devenu moine », Jean-Sébastien Bérubé poursuit son introspection dans « Vers la tempête », un récit initiatique quasi universel !

Vers la tempête de Jean-Sébastien Bérubé chez Futuropolis

Souvenez-vous, dans « Comment je ne suis pas devenu moine », Jean-Sébastien Bérubé nous racontait son expérience du Bouddhisme à Katmandou, le Disneyland du genre. Aujourd’hui, l’auteur poursuit sa quête de soi dans « Vers la tempête ». Il nous y raconte son passage de la jeunesse à l’âge adulte, sous fond de karaté.
A la veille de ses 30 ans, le jeune homme se cherche et tente de briser les mûrs dans lesquels sa famille, ultra patriarcale et hermétique à sa quête spirituelle, l’enferme. Il se tourne alors vers le karaté et décide de passer la ceinture noire. L’élève retrouve ainsi son maître d’enfance désormais condamné par un cancer et se promet de lui faire honneur. Une mission qu’a du mal à comprendre son grand-père, patron d’une entreprise dans laquelle travaille également son père. Pour y parvenir, il va devoir s’affranchir du cercle familial… C’est la fin de la jeunesse. Jean-Sébastien Bérubé apprend à recevoir les coups, ceux de ses adversaires mais aussi ceux de la vie : la perte d’un proche, les déceptions amoureuses.

Vers la tempête de Jean-Sébastien Bérubé chez Futuropolis

Récit à la fois intime et universel dans lequel le lecteur se reconnaît forcement, « Vers la tempête » fait le parallèle entre le karaté et la vie avec intelligence et fougue. Même si, son objectif n’était peut-être pas de nous convaincre des bienfaits de ce sport de combat, l’auteur québécois y arrive parfaitement.
Vers la tempête de Jean-Sébastien Bérubé chez Futuropolis – 216 pages – 25

A lire aussi :

INTERVIEW. Pierre de Maere : « A 18 ans, je suis tombé amoureux. Je me suis dit alors qu’écrire une chanson était plus séduisant. »

Il nous vient de Walhain, un petit village de Belgique, mais bouscule la scène française à coup de roulement de r. Un brin rétro mais stylé, Pierre de Maere s’imagine en star ! La tête aussi bien sur les épaules que dans les étoiles, le vingtenaire en la carrure. Percutant et teinté d’humour, son premier Ep « Un jour, je » pourrait bien lui permettre de réaliser son rêve. Inspiré par Maupassant et sa chatte Lolita, ses chansons ne manquent pas d’audace et de fantaisie. Nous sommes partis à sa rencontre !

INTERVIEW. Lonny : « La mélancolie m’a permis de créer de la beauté et de me soigner quand je n’allais pas bien. Je n’en ai pas peur. »

Elle a toujours su qu’elle choisirait la musique pour s’exprimer. Armée de sa guitare et de son premier album « Ex-Voto », Lonny se positionne sur la scène folk, foisonnante mais rarement passionnante, et s’en démarque par son sens incroyable de la mélodie et la délicatesse de son écriture un brin abstraite mais poétique. Dans le genre, nous n’avions rien écouté d’aussi beau depuis « A Song is way above the lawn » le dernier disque de Karen Peris, un des meilleurs de 2021. C’est vous dire combien nous avons été touché par les chansons feutrées et aériennes de Lonny, une artiste incroyable et nourrie aux paradoxes. Petit éclaircissement !

De Charlotte Fever à Basile Palace en passant par Cabadzi et Yasmin Pigeon, la playlist découverte du lundi

Au programme : Charlotte Fever, Basile Palace, Cabadzi, Yasmin Pigeon, Pandapendu, Nemahsis, Méduses, Charmless, Rallye, Chris Garneau, Serge de York et Vanessa Philippe.