Héritières de Kim Kordon, les filles de Horsegirl signent le meilleur disque de rock de ce début d’année.

À peine sorti de l’adolescence, le trio américain Horsegirl dépoussière et réveille le meilleur du rock alternatif des 80’s et 90’s, grâce à un premier album aussi énergique que chaotique : « Versions of Modern Performance ».

« Anti-glory » extrait de « Versions of Modern Performance », le premier album de Horsegirl

Fans de Sonic Youth, Penelope Lowenstein, Gigi Reece et Nora Cheng ont formé Horsegirl pour réveiller leurs idoles de la scène lo-fi des 80’s et 90’s. Ce trio atypique, pour les années 2020, et doté d’une énergie débordante a immédiatement séduit John Agnello (Dinosaur Jr., Sonic Youth et Kurt Vile), producteur de leur premier coup de maître. Enregistré à Chicago, d’où elles sont originaires, « Versions of Modern Performance » n’est en rien un pastiche et témoigne de la réelle singularité et modernité du groupe. Bien sûr, y résonnent des rugissements résolument shoegaze sur des rythmes post-punk qui évoquent Lush ou encore et toujours Sonic Youth, mais il s’en dégage une fraîcheur juvénile totalement jubilatoire !

Horsegirl © Cheryl Dunn

Versions of Modern Performance, le premier album d’Anti-glory