Elliot Maginot, au son d’Afrique de l’Ouest

Avec son troisième album « Easy Morning », subtil mélange de sonorités classiques et de sons d’Afrique de l’Ouest, Elliot Maginot enrichit sa musique et la hisse vers les sommets.

« Dead Church », extrait du troisième album d’Elliot Maginot

Pour son troisième disque, « Easy Morning », Elliot Maginot a eu l’idée lumineuse de mixer sa voix juvénile légèrement voilée avec une orchestration ouest-africaine. Les cordes et les flûtes y raisonnent comme un appel à l’évasion dont nous avons tant besoin en cette période trouble. Pour composer cet album, le jeune canadien s’est donc notamment entouré du multi-intrumentiste burkinabé Salif Sanou et du percussionniste sénégalais Elage Diouf. Les deux musiciens installés au Québec l’ont aidé à dessiner un paysage sonore singulier, dans lequel on s’abandonne volontiers. Les textes traitent justement de lâcher prise, de renoncement et de pardon. A l’heure du déconfinement, « Easy Morning » transcende les frontières et ne pouvait pas mieux tomber.

Easy Morning, le troisième album d’Elliot Maginot