Quand Ludwig rencontre Beethoven

Avec fougue, Mikaël Ross retrace les jeunes années perturbées et exaltées d’un génie dans « Ludwig et Beethoven ».

Ludwig et Beethoven de Mikaël Ross chez Dargaud

Hiver 1778. Trois gamins jouent dans la neige. Parmi eux, le jeune Ludwig von Beethoven sur qui on urine après une bagarre. Et oui ! Le grand compositeur n’a pas eu une enfance facile. Son père, criblé de dettes et de surcroît alcoolique, voit en lui un pianiste doué et non le compositeur hors du commun qu’il sera. Une heureuse rencontre, celle de la famille von Breunong, chamboule la vie de l’enfant qui va enfin tomber entre de bonnes mains, celles de Joseph Haydn. « Ludwig et Beethoven » raconte la naissance d’un génie. Le ton est parfois cru et le dessin ultra-expressif, s’échappant parfois des cases lorsque le musicien entre en transe. On entend presque les notes ! Entre documentaire et fiction, ce récit fiévreux va de l’enfance tourmentée aux premiers émois amoureux jusqu’à la consécration du virtuose. Que ce soit à travers la musique, l’univers de l’enfance ou les maux de ventre de Luddi… les sensations sont palpables grâce aux trait fougueux de Mikaël Ross. Instructif et étonnant !

Ludwig et Beethoven de Mikaël Ross chez Dargaud – 196 pages – 19,99 €

A lire aussi :

De Christine and the Queens à Jeanne Added en passant par Working Men’s Club et Tamino, la playlist de la semaine

Au programme : Working Men’s Club, Christine and the Queens, Jeanne Added, Tamino, Aime Simone, Aurus, Lucky Love, Chien Noir, Le Paon, Ashe, Polycool et Melrose.

La Bourse de Commerce défie le temps, via « Une seconde d’éternité ». Une exposition complexe, engagée et poétique !

Prolongeant l’exposition « Felix Gonzalez-Torres – Roni Horn » à OPERA (QM.15) de Dominique Gonzalez-Foerster dévoilée en avril, « Une seconde d’éternité » dessine un parcours inspiré par la question et l’expérience du temps, à travers un ensemble d’œuvres de la Collection Pinault. Peuplé de fantômes et constitué de moments suspendus, le parcours évoque la quête d’un insaisissable infini. Passionnant !

Breakwater, une chronique douce-amère d’une grande mélancolie !

Elu parmi les 20 meilleurs romans graphiques de 2020 par le New York Times, « Breakwater » révèle une grande auteure londonienne !