Quand Ludwig rencontre Beethoven

Avec fougue, Mikaël Ross retrace les jeunes années perturbées et exaltées d’un génie dans « Ludwig et Beethoven ».

Ludwig et Beethoven de Mikaël Ross chez Dargaud

Hiver 1778. Trois gamins jouent dans la neige. Parmi eux, le jeune Ludwig von Beethoven sur qui on urine après une bagarre. Et oui ! Le grand compositeur n’a pas eu une enfance facile. Son père, criblé de dettes et de surcroît alcoolique, voit en lui un pianiste doué et non le compositeur hors du commun qu’il sera. Une heureuse rencontre, celle de la famille von Breunong, chamboule la vie de l’enfant qui va enfin tomber entre de bonnes mains, celles de Joseph Haydn. « Ludwig et Beethoven » raconte la naissance d’un génie. Le ton est parfois cru et le dessin ultra-expressif, s’échappant parfois des cases lorsque le musicien entre en transe. On entend presque les notes ! Entre documentaire et fiction, ce récit fiévreux va de l’enfance tourmentée aux premiers émois amoureux jusqu’à la consécration du virtuose. Que ce soit à travers la musique, l’univers de l’enfance ou les maux de ventre de Luddi… les sensations sont palpables grâce aux trait fougueux de Mikaël Ross. Instructif et étonnant !

Ludwig et Beethoven de Mikaël Ross chez Dargaud – 196 pages – 19,99 €

A lire aussi :

De Stromae à Adele en passant par James Blake et Yoa, la playlist de la semaine

Au programme : Stromae, Adele, James Blake, Savanah, Yoa, Lùisa, LP, Crystal Murray, Moonchild Sanelly & Sad Night Dynamite et Emily Wells.

Flèche Love : « Si je n’avais pas été une musicienne, je pense que j’aurais été une scientifique. »

Comme Björk ou Grimes, Flèche Love perçoit la musique tel un terrain d’expérimentation et trouve l’inspiration dans les sciences. Avec le très attendu « Naga (Part 2) », l’artiste suisso-algérienne clôt de façon magistrale son diptyque sensationnel et nous plonge dans un univers foisonnant dans lequel le rap, les rythmes tribaux et les cœurs puissants se côtoient, tout comme les paillons à tête de mort et les satellites de Saturne. Nous l’avons rencontrée.

Le Musée d’Orsay met en lumière la face collectionneur du peintre Paul Signac

Peintre autodidacte et pionnier du pointillisme aux côtés de Georges Seurat, Paul Signac était aussi un grand collectionneur d’art. Le Musée d’Orsay dévoile une grande et belle partie de ses acquisitions le temps de l’exposition « Signac collectionneur ». Incontournable !