Demain, la jeune scène française à l’honneur

De quoi sera fait demain ? Indéniablement, de la jeune scène française. La galerie itinérante By Lara Sedbon la met à l’honneur le temps de l’exposition « Demain ».

Rebecca Brodskis – Attrape moi si tu peux, 2019 ©Courtesy BY LARA SEDBON

Mini vitrine de la jeune scène française, l’exposition « Demain » By Lara Sedbon souffle un vent d’espoir sur l’art contemporain et réunit des œuvres de sept artistes très différents. Parmi eux, deux coups de cœurs : Rebecca Brodskis et Léonard Combier. Nous avons eu l’occasion de l’interviewer, mais ça, c’est une autre histoire à découvrir prochainement ici.

La peintre Rebecca Brodskis présente « Midnight interrogation » une série de portraits énigmatiques, intrigants, parfois inquiétants mais envoûtants dont un du réalisateur Xavier Dolan. Pas sûr que vous le reconnaissiez ! Peu importe, Rebecca Brodskis (@rebecca.brodskis) cherche davantage à reproduire une vibration, une expression qu’un trait de visage bien précis. Toujours sur un fond de couleur vive, un triptyque associe une femme blanche à un homme noir, tous deux enlacés, comme s’ils dansaient.

Vue des œuvres de Virginie Modai et Léonard Combier

Dans un tout autre style, Léonard Combier (@leonard_combier), artiste autodidacte, présente deux œuvres kaléidoscopiques proches de l’univers de la bande dessinée, dans le sens où on peut y lire des histoires. L’artiste s’en invente beaucoup mais quand il commence une toile, il ne sait pas vraiment ce qu’elle deviendra, ni ce qu’elle racontera. Il sème des indices dans chaque recoins de sa toile peuplée de créatures hybrides.

« Demain » mets aussi un coup de projecteur sur Tudi Deligne, Stras Bear, Stephen Whittaker, Lélia Demoisy et Eugénie Modai.

Informations pratiques : By Lara Sedbon – 126 rue de Turenne 75003 Paris

A lire aussi :

De Stromae à Adele en passant par James Blake et Yoa, la playlist de la semaine

Au programme : Stromae, Adele, James Blake, Savanah, Yoa, Lùisa, LP, Crystal Murray, Moonchild Sanelly & Sad Night Dynamite et Emily Wells.

Flèche Love : « Si je n’avais pas été une musicienne, je pense que j’aurais été une scientifique. »

Comme Björk ou Grimes, Flèche Love perçoit la musique tel un terrain d’expérimentation et trouve l’inspiration dans les sciences. Avec le très attendu « Naga (Part 2) », l’artiste suisso-algérienne clôt de façon magistrale son diptyque sensationnel et nous plonge dans un univers foisonnant dans lequel le rap, les rythmes tribaux et les cœurs puissants se côtoient, tout comme les paillons à tête de mort et les satellites de Saturne. Nous l’avons rencontrée.

Le Musée d’Orsay met en lumière la face collectionneur du peintre Paul Signac

Peintre autodidacte et pionnier du pointillisme aux côtés de Georges Seurat, Paul Signac était aussi un grand collectionneur d’art. Le Musée d’Orsay dévoile une grande et belle partie de ses acquisitions le temps de l’exposition « Signac collectionneur ». Incontournable !