Crillon le Brave, le rooftop face au Mont-Ventoux

Crillon le Brave, voilà un nom qui évoque de belles aventures gravées dans la pierre. Cet hôtel-village se situe au cœur de la Provence. Le soleil, les cigales, une belle bâtisse du XVIIe siècle et le Mont-Ventoux en arrière plan, il ne nous en faut pas plus pour nous inventer des histoires.

Crillon Le Brave ©Matthieu Salvaing

Véritable décor d’histoires épiques, Crillon le Brave est niché au cœur d’un cadre naturel d’exception et surplombe la vallée. Les bâtisses du XVIIe et XVIIIe siècle abritent les 16 chambres et 18 suites qui offrent une vue imprenable sur les dentelles de Montmirail ou le Mont-Ventoux. De la piscine chauffée, la vue se perd dans les vignobles et les champs d’oliviers alentours. Quant au Géant de Provence, les marchés typiques, la mythique Garrigue et les distilleries de lavande qui ont tant charmés les peintres, ils ne sont qu’à quelques coups de pédale. Côté table, l’établissement comprend deux restaurants avec terrasse, La Madeleine et le bistronomique la Table du Ventoux. Aux commandes, Jean Luc Rocha, ancien disciple du Meilleur Ouvrier de France, dont la cuisine se résume par « « l’essence d’une recette n’est pas de transformer le produit, mais de l’accompagner, de le sublimer dans ce qu’il a de plus noble : son goût d’origine ». Le chef propose tout simplement la Provence dans l’assiette, à savoir le melon de Cavaillon, l’asperge verte de Mazan ou encore l’huître de L’étang de Thau, mais à sa manière. La Provence dans toute sa splendeur.

Informations pratiques : http://www.crillonlebrave.com

A lire aussi :

INTERVIEW. Pierre de Maere : « A 18 ans, je suis tombé amoureux. Je me suis dit alors qu’écrire une chanson était plus séduisant. »

Il nous vient de Walhain, un petit village de Belgique, mais bouscule la scène française à coup de roulement de r. Un brin rétro mais stylé, Pierre de Maere s’imagine en star ! La tête aussi bien sur les épaules que dans les étoiles, le vingtenaire en la carrure. Percutant et teinté d’humour, son premier Ep « Un jour, je » pourrait bien lui permettre de réaliser son rêve. Inspiré par Maupassant et sa chatte Lolita, ses chansons ne manquent pas d’audace et de fantaisie. Nous sommes partis à sa rencontre !

INTERVIEW. Lonny : « La mélancolie m’a permis de créer de la beauté et de me soigner quand je n’allais pas bien. Je n’en ai pas peur. »

Elle a toujours su qu’elle choisirait la musique pour s’exprimer. Armée de sa guitare et de son premier album « Ex-Voto », Lonny se positionne sur la scène folk, foisonnante mais rarement passionnante, et s’en démarque par son sens incroyable de la mélodie et la délicatesse de son écriture un brin abstraite mais poétique. Dans le genre, nous n’avions rien écouté d’aussi beau depuis « A Song is way above the lawn » le dernier disque de Karen Peris, un des meilleurs de 2021. C’est vous dire combien nous avons été touché par les chansons feutrées et aériennes de Lonny, une artiste incroyable et nourrie aux paradoxes. Petit éclaircissement !

De Charlotte Fever à Basile Palace en passant par Cabadzi et Yasmin Pigeon, la playlist découverte du lundi

Au programme : Charlotte Fever, Basile Palace, Cabadzi, Yasmin Pigeon, Pandapendu, Nemahsis, Méduses, Charmless, Rallye, Chris Garneau, Serge de York et Vanessa Philippe.