INTERVIEW. Canine : « La nature est le thème central de mes deux albums, l’élément salvateur ! « Dune » est terrien. « Source » est davantage un voyage vers l’ivresse des profondeurs. »

Après « Dune », un chef-d’œuvre électro-pop mystique, Canine nous emmène à la « Source » et s’y dévoile ! Pour l’occasion, Magali Cotta, de son vrai nom, tombe le masque. Plus lumineux et pop, ce second album salvateur évoque l’ivresse des profondeurs. On y plonge volontiers ! 

Canine © Chloé Rose

Pour en parler, nous sommes allés à la rencontre de Canine dans les loges du Centre Pompidou où elle donnait son premier concert parisien de la saison.

Canine lors de notre rencontre © Benoit Gaboriaud

Pour « Source », tu tombes le masque au sens propre comme au figuré.

Canine : « Ça s’est fait assez naturellement, à la fin du premier album. Le masque me permettait de mettre en avant le projet dans sa globalité et de ce fait me mettre en retrait. Mais assez vite, je me suis rendu compte que le masque allait m’enfermer dans les bases de ce projet et risquait de m’empêcher de le faire évoluer. Naturellement, j’ai commencé à l’enlever pour être plus directe. Désormais, je ne le porte plus. Pour « Dune », je me cachais derrière lui, derrière l’idée d’un collectif, par timidité. Dans « Source », l’idée du collectif et de la sororité persiste quand même. J’écris et compose seule, mais sur scène j’aime être entourée. Pour la scène, je voulais avec ce masque créer un objet visuel, une scénographie au service de la musique, qui la complète. « Source » est davantage dans le lâcher prise. »

« Sun » extrait de « Source », le second album de Canine

« Source » et « Dune » sont présentés comme un diptyque. On y voit des liens comme cette rime «  Chacun s’occupe de son chagrin – Qu’à présent brûle nos deux jardins » issue de la chanson « Novembre ». Est-ce une réponse à « Jardin » qui clôt ton premier album ?

Canine : « « Source » et « Dune » fonctionnent ensemble mais ne sont pas conceptuels. « Dune » est plus sombre. Le temps passant, je suis allée vers une musique plus lumineuse. Au fil de l’écriture, je me suis rendu compte que « Source » était une réponse à « Dune », c’est vraiment un album post rupture. La chanson « Novembre » est effectivement une réponse directe à « Jardin ». « Jardin » était une déclaration d’amour puis une rupture, « Novembre » en est le constat. »

Canine ©Ojoz

Dans ces deux chansons, le nom « jardin » sonne bien. Tu lui donnes une dimension poétique. Quels sont les mots qui t’inspirent ?

Canine : « J’attache une grande importance à la sonorité des mots. J’adore le mot « pétale » mais je ne l’ai pas encore utilisé. Un mot, c’est comme un mets délicieux, « délicieux » par exemple, c’est très beau ! »

« Dune » est plus extraverti, « Source » plus introspectif. Peut-on y voir comme un cheminement du sommet vers les profondeurs ?

Canine : « C’est très juste. La nature est le thème central de mes deux albums, l’élément salvateur ! « Dune » est terrien. « Source » est davantage un voyage vers l’au-delà, une inconnue, un mystère, l’ivresse des profondeurs. » 

« Blue » extrait de « Source », le second album de Canine

Après « Dune », on aurait pu penser que tu te dirigerais comme beaucoup vers une musique expérimentale avec laquelle tu flirtais, il n’en est rien ! « Source » est résolument plus pop et lumineux.

Canine : « Cette contrainte pop a été un challenge. J’avais vraiment ça en tête et j’ai adoré ça. La pop est lisible à partir du moment où il y a des parties qui la structurent, comme les couplets et les refrains. Dans sa construction, « Dune » est plus proche du jazz. Ces couplets et ces refrains peuvent aussi engendrer une ritournelle de l’ordre de la transe, cette approche me plaît. »

« F.O.R.C.E » extrait de « Source », le second album de Canine

De quelle force parles-tu dans le sublime « F.O.R.C.E » ?

Canine : « Je chantais ce morceau à tue-tête quand je me baladais seule dans la forêt pendant le premier confinement. Cette force dont je parle n’est pas innée. C’est celle qui nous permet de maîtriser notre sensibilité, voire notre hypersensibilité, celle qui nous permet de nous relever après avoir vacillé. Le premier confinement a été pour moi très compliqué. Écrire certains des morceaux de l’album a été très salvateur. « Source » parle des évènements que nous subissons dans la vie, qui nous modifient en bien, même si sur le moment nous avons l’impression d’étouffer. »

Source, le second album de Canine