Fredrika Stahl, la liberté lui va si bien

Libérée de ses chaînes, Fredrika Stahl brise la glace et laisse entrevoir un univers musical à la fois épique et romantique sur son nouvel album « Natten ».

« Electric », extrait de « Natten » le nouvel album de Fredrika Stahl

Enfermée dans la pop-jazz pendant trop longtemps, Fredrika Stahl s’affranchit des codes du genre pour s’inventer un univers plus personnel qui lui correspond à merveille. Le point de départ de ce renouveau est le film « Demain » de Mélanie Laurent. Alors qu’on ne lui avait rien demandé, la suédoise a composé une chanson inspirée du thème principal. Mélancolique et à contre courant de l’esprit positif du long-métrage, le titre a pourtant séduit la réalisatrice qui lui a confié la composition de la BO du documentaire. Pour l’occasion et mise en confiance, l’artiste s’est autorisée une liberté totale qu’on retrouve aujourd’hui sur « Natten », son nouvel album auto-produit, déjà le cinquième. Évoquant les envolées vocales de Kate Bush et l’élégance de la dream pop de Bat for Lashes, ses nouvelles chansons virevoltent au dessus des cases avec grâce et fantaisie. Les envoûtantes et entêtantes « Electric » et « Finalement la nuit » résume toute la beauté de ce grand disque.

Natten, le nouvel album de Fredrika Stahl

Fredrika Stahl © Emma Birski

A lire aussi :

De Stromae à Adele en passant par James Blake et Yoa, la playlist de la semaine

Au programme : Stromae, Adele, James Blake, Savanah, Yoa, Lùisa, LP, Crystal Murray, Moonchild Sanelly & Sad Night Dynamite et Emily Wells.

Flèche Love : « Si je n’avais pas été une musicienne, je pense que j’aurais été une scientifique. »

Comme Björk ou Grimes, Flèche Love perçoit la musique tel un terrain d’expérimentation et trouve l’inspiration dans les sciences. Avec le très attendu « Naga (Part 2) », l’artiste suisso-algérienne clôt de façon magistrale son diptyque sensationnel et nous plonge dans un univers foisonnant dans lequel le rap, les rythmes tribaux et les cœurs puissants se côtoient, tout comme les paillons à tête de mort et les satellites de Saturne. Nous l’avons rencontrée.

Le Musée d’Orsay met en lumière la face collectionneur du peintre Paul Signac

Peintre autodidacte et pionnier du pointillisme aux côtés de Georges Seurat, Paul Signac était aussi un grand collectionneur d’art. Le Musée d’Orsay dévoile une grande et belle partie de ses acquisitions le temps de l’exposition « Signac collectionneur ». Incontournable !