Delphine de Vigan nous plonge dans la folie des réseaux sociaux

La téléréalité est un vieux souvenir, les réseaux sociaux lui ont largement volé la vedette. Aujourd’hui, pour briller sans talent, l’unique solution : s’y faire remarquer… à tout prix. C’est ce que va réussir, non sans dommages collatéraux, Mélanie Claux, l’héroïne de « Les enfants sont rois », le nouveau roman captivant et glaçant de Delphine de Vigan.

Delphine de Vigan – Photo : Francesca Mantovani © Editions Gallimard

Mélanie Claux n’a qu’un rêve, devenir une star pour qu’on s’intéresse à elle. A l’aube de la téléréalité, tout semble possible. Malheureusement, elle n’aura pas la même (mal)chance que Loana. Pas assez extravertie, elle se fait évincer rapidement d’un programme au rabais, mais la jeune femme humiliée savourera sa revanche sur les réseaux sociaux en créant dans un premier temps la chaîne YouTube «  Happy Recré ». Elle y met en scène ses jeunes enfants… jusqu’au jour où sa fille est enlevée. Par qui ? Un rival jaloux ? Un youtubeur investi dans la lutte contre l’exploitation des enfants ? Un simple ravisseur ? Clara Roussel va se charger en partie de l’enquête et croiser la route de Mélanie Claux.

Dans son nouveau roman, Delphine de Vigan dresse le portrait de deux femmes que tout oppose mais aussi celui d’une partie de la société qui semble sombrer dans un monde ultra connecté mais totalement déconnecté de la réalité. « Les enfants sont rois » ne manque pas d’ironie. Construit comme un polar captivant, le roman tire la sonnette d’alarme en nous emmenant jusqu’en 2030.

Les enfants sont rois de Delphine de Vigan chez Gallimard – 348 pages – 20 €

A lire aussi :

INTERVIEW. Lonny : « La mélancolie m’a permis de créer de la beauté et de me soigner quand je n’allais pas bien. Je n’en ai pas peur. »

Elle a toujours su qu’elle choisirait la musique pour s’exprimer. Armée de sa guitare et de son premier album « Ex-Voto », Lonny se positionne sur la scène folk, foisonnante mais rarement passionnante, et s’en démarque par son sens incroyable de la mélodie et la délicatesse de son écriture un brin abstraite mais poétique. Dans le genre, nous n’avions rien écouté d’aussi beau depuis « A Song is way above the lawn » le dernier disque de Karen Peris, un des meilleurs de 2021. C’est vous dire combien nous avons été touché par les chansons feutrées et aériennes de Lonny, une artiste incroyable et nourrie aux paradoxes. Petit éclaircissement !

De Charlotte Fever à Basile Palace en passant par Cabadzi et Yasmin Pigeon, la playlist découverte du lundi

Au programme : Charlotte Fever, Basile Palace, Cabadzi, Yasmin Pigeon, Pandapendu, Nemahsis, Méduses, Charmless, Rallye, Chris Garneau, Serge de York et Vanessa Philippe.

« Le Poids des héros », un ouvrage d’une grande beauté sur la mémoire et la transmission

Après avoir sublimé « Le joueur d’échec » de Stefan Zweig, David Sala présente « Le poids des héros », une autobiographie foisonnante empreinte des figures tutélaires de ses grands-pères, héros de guerre et de résistance.