Delphine de Vigan nous plonge dans la folie des réseaux sociaux

La téléréalité est un vieux souvenir, les réseaux sociaux lui ont largement volé la vedette. Aujourd’hui, pour briller sans talent, l’unique solution : s’y faire remarquer… à tout prix. C’est ce que va réussir, non sans dommages collatéraux, Mélanie Claux, l’héroïne de « Les enfants sont rois », le nouveau roman captivant et glaçant de Delphine de Vigan.

Delphine de Vigan – Photo : Francesca Mantovani © Editions Gallimard

Mélanie Claux n’a qu’un rêve, devenir une star pour qu’on s’intéresse à elle. A l’aube de la téléréalité, tout semble possible. Malheureusement, elle n’aura pas la même (mal)chance que Loana. Pas assez extravertie, elle se fait évincer rapidement d’un programme au rabais, mais la jeune femme humiliée savourera sa revanche sur les réseaux sociaux en créant dans un premier temps la chaîne YouTube «  Happy Recré ». Elle y met en scène ses jeunes enfants… jusqu’au jour où sa fille est enlevée. Par qui ? Un rival jaloux ? Un youtubeur investi dans la lutte contre l’exploitation des enfants ? Un simple ravisseur ? Clara Roussel va se charger en partie de l’enquête et croiser la route de Mélanie Claux.

Dans son nouveau roman, Delphine de Vigan dresse le portrait de deux femmes que tout oppose mais aussi celui d’une partie de la société qui semble sombrer dans un monde ultra connecté mais totalement déconnecté de la réalité. « Les enfants sont rois » ne manque pas d’ironie. Construit comme un polar captivant, le roman tire la sonnette d’alarme en nous emmenant jusqu’en 2030.

Les enfants sont rois de Delphine de Vigan chez Gallimard – 348 pages – 20 €

A lire aussi :

De Stromae à Adele en passant par James Blake et Yoa, la playlist de la semaine

Au programme : Stromae, Adele, James Blake, Savanah, Yoa, Lùisa, LP, Crystal Murray, Moonchild Sanelly & Sad Night Dynamite et Emily Wells.

Flèche Love : « Si je n’avais pas été une musicienne, je pense que j’aurais été une scientifique. »

Comme Björk ou Grimes, Flèche Love perçoit la musique tel un terrain d’expérimentation et trouve l’inspiration dans les sciences. Avec le très attendu « Naga (Part 2) », l’artiste suisso-algérienne clôt de façon magistrale son diptyque sensationnel et nous plonge dans un univers foisonnant dans lequel le rap, les rythmes tribaux et les cœurs puissants se côtoient, tout comme les paillons à tête de mort et les satellites de Saturne. Nous l’avons rencontrée.

Le Musée d’Orsay met en lumière la face collectionneur du peintre Paul Signac

Peintre autodidacte et pionnier du pointillisme aux côtés de Georges Seurat, Paul Signac était aussi un grand collectionneur d’art. Le Musée d’Orsay dévoile une grande et belle partie de ses acquisitions le temps de l’exposition « Signac collectionneur ». Incontournable !