Le bel aller-retour culturel d’Emmanuel Lemaire

Après « Rotterdam », Emmanuel Lemaire nous emmène en Indonésie, ou presque, à travers le portrait attachant de son étonnante voisine qu’il dresse dans « Ma voisine est indonésienne ».

Ma voisine est indonésienne d’Emmanuel Lemaire ©Delcourt/shampooing

Qui est madame Hibou ? Un drôle d’oiseau, c’est certain, mais surtout la voisine d’Emmanuel Lemaire. La semaine, elle est traductrice freelance à Rouen. Le week-end, elle sillonne la France à la découverte de ses villes et villages. Une simple touriste ? Pas vraiment, elle va essentiellement vérifier ce qu’elle a lu dans les livres. Un des ses auteurs préférés a notamment écrit que Niort « était une des villes les plus laides de France », il ne lui en faut pas plus pour prendre le train et partir à la rencontre de cette fameuse cité affreuse. Forcément, ce comportement atypique intrigue Emmanuel Lemaire qui décide d’en savoir plus. Au fil des rencontres, il découvre son histoire, celle d’une femme originaire de l’autre bout du monde avec ses différences. Au-delà des clichés et des préjugés, l’auteur nous livre un portrait touchant, sans mièvrerie et teinté humour. Un récit plein de délicatesse et d’inintelligence !

Ma voisine est indonésienne d’Emmanuel Lemaire – Editions Delcourt/shampooing – 128 pages – 14,95 euros

A lire aussi :

De Stromae à Adele en passant par James Blake et Yoa, la playlist de la semaine

Au programme : Stromae, Adele, James Blake, Savanah, Yoa, Lùisa, LP, Crystal Murray, Moonchild Sanelly & Sad Night Dynamite et Emily Wells.

Flèche Love : « Si je n’avais pas été une musicienne, je pense que j’aurais été une scientifique. »

Comme Björk ou Grimes, Flèche Love perçoit la musique tel un terrain d’expérimentation et trouve l’inspiration dans les sciences. Avec le très attendu « Naga (Part 2) », l’artiste suisso-algérienne clôt de façon magistrale son diptyque sensationnel et nous plonge dans un univers foisonnant dans lequel le rap, les rythmes tribaux et les cœurs puissants se côtoient, tout comme les paillons à tête de mort et les satellites de Saturne. Nous l’avons rencontrée.

Le Musée d’Orsay met en lumière la face collectionneur du peintre Paul Signac

Peintre autodidacte et pionnier du pointillisme aux côtés de Georges Seurat, Paul Signac était aussi un grand collectionneur d’art. Le Musée d’Orsay dévoile une grande et belle partie de ses acquisitions le temps de l’exposition « Signac collectionneur ». Incontournable !