Comment Baya s’est construit son Jardin d’Eden ? La réponse à l’IMA dans l’exposition « Baya. Femmes en leur jardin »

Icône de la peinture algérienne, Baya (1931-1998) investit l’Institut du Monde Arabe (IMA), le temps de l’exposition enchanteresse « Baya. Femmes en leur jardin ».

Exposition « Baya. Femmes en leur jardin » à l’IMA © Benoit Gaboriaud

L’Institut du Monde Arabe dévoile la première rétrospective de grande envergure consacrée à Baya en France : « Femmes en leur jardin ». Cette exposition événement réunit une quarantaine de ses premiers dessins (1944-1945), toutes les gouaches des « Contes de Baya » datant de 1947, une vaste sélection de ses peintures et sculptures couvrant la période allant de 1946 à 1998, et des documents historiques inédits. L’accrochage est chargé mais permet de découvrir une œuvre peu montrée à Paris récemment, et pourtant essentielle. En effet, l’exposition propose « une réflexion sur l’émancipation par la création artistique d’une jeune algérienne en situation coloniale ». Comme 98% des filles indigènes de sa génération issues d’un milieu rural pauvre, Baya n’était pas scolarisée, mais dans la souffrance et la violence, la jeune femme s’est construit un refuge, un magnifique Jardin d’Eden coloré et joyeux. En 1953, elle se marie et interrompt sa carrière pour la reprendre après l’Indépendance de l’Algérie, dix ans plus tard. Son œuvre, qui s’inscrit dans la lignée de celle de Matisse, n’aura pas vraiment souffert d’un manque de visibilité. Pendant toutes ces années de création particulièrement chaotiques, Baya, pourtant très discrète, est soutenue par une poignée d’humanistes et expose même à Paris en 1947, grâce au galeriste Aimé Maeght. A tout juste 16 ans, elle attire les regards d’André Breton et Picasso qui voient en elle une jeune prodige. Ils ne s’étaient pas trompés. L’artiste très prolifique continue de peindre et d’être exposée régulièrement jusqu’à sa mort en 1998. Ses peintures colorées au style un brin naïf n’ont rien perdu de leur pouvoir enchanteur !

Exposition Baya. Femmes en leur jardin à l’IMA jusqu’au 26 mars 2023.

Découvrez ci-dessous notre balade photographique dans l’exposition. Bonne visite !