La Dernière Reine de Rochette, une histoire romanesque autant qu’une fable écologique qui flirte avec l’abstraction.

Après les magnifiques « Ailefroide : altitude 3954 » et « Le Loup », Jean-Marc Rochette, dessinateur du culte « Le Transperceneige », revient avec « La Dernière Reine », une histoire romanesque captivante autant qu’une fable écologique pertinente.

La Dernière Reine – Scénario et dessin : Jean-Marc Rochette © Casterman

Après « Le Loup », l’auteur écolo et engagé Jean-Marc Rochette dédie son nouvel album à l’ours, plus exactement « La Dernière Reine ». Pour cet ouvrage, l’artiste s’est investi totalement et a tout fait : scénario, textes, storyboard, dessins et couleurs. De la nuit des temps à aujourd’hui, en passant par la guerre des tranchées, il retrace le parcours de l’animal qui semble se stopper brutalement à cause de nous. Des crêtes sauvages du Vercors aux cabarets de Montmartre fréquentés par Picasso, Cocteau et Soutine, l’ours a été pendant des siècles mal aimé par l’homme qui l’a condamné à mort. Pourtant de beaux jours s’offraient à lui ! Comme dans « Ailefroide : altitude 3954 » et « Le Loup », ce récit commence sur les sommets des montagnes alpines, lieux d’adolescence de l’auteur. 

La Dernière Reine – Scénario et dessin : Jean-Marc Rochette © Casterman

En 1898, un berger tue le dernier ours du Vercors, un fait divers mais aussi le symbole de la rupture entre l’homme et la nature que l’auteur va développer sur 230 planches magnifiques, en clair-obscur flirtant avec l’abstraction. Au-delà de la fable écologique, « La Dernière Reine » renferme aussi une histoire romanesque troublante, évoquant « Elephant Man » : la rencontre d’une gueule cassée et d’une sculptrice animalière. Une BD crépusculaire, où se situe peut-être notre humanité, nous alerte Jean-Marc Rochette !

La Dernière Reine – Scénario et dessin : Jean-Marc Rochette – Pages : 240 – Prix : 30 € – Editeur : Casterman