L’Attente de Keum Suk Gendry-Kim, un récit humaniste saisissant

Après « Les mauvaises herbes », Keum Suk Gendry-Kim s’attaque à un autre pan dramatique de l’histoire de la Corée dans « L’attente ». Un récit humaniste et saisissant !

« L’attente » de Keum Suk Gendry-Kim ©Futuropolis 2021

En 1953, la Corée est divisée subitement en deux pays partagés par une frontière infranchissable, séparant des familles entières. L’attente fût bien longue, trop longue, pour les rares d’entre elles qui ont pu se reformer brièvement. La maman de Keum Suk Gendry-Kim n’a pas eu cette chance, elle n’a jamais revu sa sœur coincée au Nord. L’autrice, qui lui avait promis de contacter La Croix Rouge pour tenter d’accélérer ces retrouvailles, lui rend hommage dans « L’attente », une fiction poignante basée sur des faits surréalistes mais réels. Dans cette histoire, la mère de la narratrice n’a jamais revu son premier mari et son fils. Armée de patience, son amie aura l’opportunité de revoir sa sœur près de soixante-dix ans après leur séparation. Ces brèves rencontres sont rares, encadrées et parfois tirées au sort.

La bande-annonce de « L’attente »

La génération qui a connu la guerre s’éteint peu à peu, la nouvelle oubliant ses origines. Souhaitant réveiller les consciences avant que tout cela s’efface, Keum Suk Gendry-Kim a interrogé, à Paris, sa mère pour qu’elle lui raconte ses blessures traumatisantes de la guerre et de la séparation. Ce témoignage a été le point de départ de ce roman graphique bouleversant et humaniste.

L’attente de Keum Suk Gendry-Kim – 248 pages – 26 € – Éditions Futuropolis