INTERVIEW. P.R2B : « Cette rage et ce romantisme, je les porte en moi. »

Véritables montagnes russes émotionnelles et jouissives, « Rayons Gamma », notre grand coup de cœur de 2021, est constitué d’images cinématographiques bouleversantes. Pas étonnant, la musicienne P.R2B, la responsable, est diplômée de la Fémis et nous propose ce voyage musical qui va de la chanson française romantique à l’eurodance fiévreuse en passant par le rap et l’épure organique. On en sort chamboulé avec une seule envie, appuyer à nouveau sur lecture. Nous ne pouvions donc pas faire autrement que d’aller à sa rencontre pour parler avec elle de comédie musicale, de Paul Newman et Jacques Demy, de mélancolie et de « Rayons Gamma ».

P.R2B ©B. Gaboriaud

Ton pseudo P.R2B évoque le célèbre robot bienveillant de Star Wars, mais finalement ce n’est pas tout à fait un pseudo.

P.R2B  : « Oui. On pense évidement au petit robot de Star Wars R2-D2, mais en fait P.R2B sont les initiales de mon nom, Pauline Rambeau de Baralon. Ça fait très longtemps que l’on m’appelle ainsi, depuis le collège ! »

Tu es diplômée de la célèbre école de cinéma la Fémis, as-tu tiré un trait sur le 7ème art ?

P.R2B : « Je n’ai pas choisi la musique plus que le cinéma, c’est elle qui m’a choisie. Je suis cinéphile depuis toujours, avant même d’avoir fait la Fémis. Je me suis dopée au cinéma, je regardais des films tous les après-midis ! Mais, j’ai aussi commencé à écrire très jeune. En 5ème, j’écrivais déjà des chansons naturalistes mais éloignées de ce que j’écris maintenant. Je racontais essentiellement des choses que je vivais ou que je ne pouvais pas vivre. J’ai même réalisé des EP que j’offrais à ma grand-mère. La musique a toujours été là. A la Fémis aussi, je composais pour des amis réalisateurs qui étaient dans la même promo que moi. Le déclic a eu lieu avec « Océan Forever », l’accueil a plutôt été bon, j’ai donc continué, mais le cinéma n’est jamais loin. J’espère que ma vie sera longue et que je pourrai réaliser tous mes rêves. »

P.R2B ©B. Gaboriaud

Réaliser une comédie musicale, c’en est un ?

P.R2B : « La comédie musicale est un genre qui revient. Leos Carax vient de signer la sienne avec « Annette ». J’adore ça ! J’en ai dévorée énormément, des classiques de Ginger Rogers & Fred Astaire à « Dancer in the dark » de Lars von Trier en passant par celles de Bob Fosse. C’est un rêve absolu, mais c’est extrêmement difficile. Demy l’a révolutionnée et aujourd’hui on ne peut plus faire du Demy sans copier. Il faudrait trouver une autre manière, chercher ce que la musique dit de la vie différemment. Je rêve de trouver l’idée mais pour le moment ce n’est pas le cas (rires). »

« Rayons Gamma » extrait de « Rayons Gamma », le premier album de P.R2B

Le nom de ton album « Rayons Gamma » rappelle le titre du film de Paul Newman « De l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites », y a-t-il un lien ?

P.R2B : « Oui. C’est le titre de l’album mais aussi celui d’une chanson, la dernière que j’ai composée. Je l’ai écrite après avoir vu le film de Paul Newman. Je me suis renseignée sur ce fameux rayon gamma. Cette énergie surpuissante, son côté guérisseur ou tueur, tout ce qu’il évoque m’a inspirée. Hulk en a ! C’est grâce à ça qu’il se transforme. Toute cette énergie un peu dangereuse est un peu représentative pour moi de ces douze chansons. »

Le cinéma est donc très présent dans cet album, d’ailleurs quand on l’écoute, on voit des images, cela a été aussi ton cas quand tu as écrit tes chansons ?

P.R2B : « J’ai toujours des flashs quand j’écris. Je vois des images, c’est la meilleure façon pour moi de raconter des émotions. Mon écriture est certainement très cinématographique. »

« La chanson du bal » extrait de « Rayons Gamma », le premier album de P.R2B

Autre référence cinématographique, celle de « Peau d’Âne » pour le clip de « La chanson du bal ».

P.R2B : « Pour le clip oui ! Ma référence, c’était le moment suspendu où Peau D’Âne sort du château en courant au ralenti. C’était mon point de départ pour le clip. »

« La chanson du bal » ouvre ton album, mais elle est loin de le résumer.

P.R2B : « J’ai énormément d’influences différentes, le cinéma, le rap, le jazz, la chanson… Quand j’ai commencé à écrire, tout cela s’est mélangé naturellement. Je ne voulais pas m’enfermer dans une case, je me sens bien au milieu de tout cela. Le track listing a vraiment été réfléchi, comme celui d’un concert. C’est un voyage. J’en ouvre les portes avec « La chanson du bal », très romantique, et je vous emmène jusqu’à un point limite avec « Plus rien de bien » pour finir avec « Vie de chienne », un morceau très organique. Ces grandes différences de rythmes et d’intensités sont évidemment pensées mais elles me correspondent totalement. Cette rage et ce romantisme, je les porte en moi. Je voulais que cet album soit un peu comme des montagnes russes émotionnelles. »

« Mélancolie » extrait de « Rayons Gamma », le premier album de P.R2B

La mélancolie a été dernièrement un peu bafouée, injustement associée à la dépression ou la tristesse, tu lui dédies une belle chanson, « Mélancolie ».

P.R2B : « Je voulais lui redonner ses lettres de noblesse à la pauvre mélancolie. La mélancolie me suit depuis très longtemps, je la ressens depuis que je suis petite. Elle m’évoque l’humanité, ce n’est ni de la joie, ni de la tristesse, je la vois comme une personne qui m’a toujours aidée à vivre. Je voulais que cette chanson donne envie de vivre. »

Tu dédies aussi une chanson à ton père « Lettre à P. » et une autre à ta mère « Mama ».

P.R2B : « Je suis très heureuse que ces chansons soient côte à côte, ce n‘était pas voulu au départ. « Lettre à P. » parle de la disparition de mon père mais c’est aussi un appel à vivre. Ma famille m’a vraiment construite, je lui dois ma passion pour la musique. »

Rayons Gamma, le premier album de P.R2B