L’exposition performative de la (LA)HORDE : charnelle, cérébrale et grandiose !

Le collectif en vogue (LA)HORDE investit la totalité du Théâtre Chaillot, le temps de « We should have never walked on the moon », une exposition performative magistrale et osée !

« We should have never walked on the moon » de (La)Horde © Theo Giacometti

Danse, vidéo, installation, théâtre, cinéma, musique, cascade… l’exposition « We should have never walked on the moon » est totale ! Excessive et troublante, elle sera sûrement dénigrée par certains puristes mais elle confirme que le collectif poursuit la démarche entreprise par Pina Bausch, dynamiter les frontières de la danse ! Cette exposition performative va bien au-delà, sur des terres alors explorées uniquement par des artistes expérimentaux. A la manière de Björk dans la musique, le trio médiatique les rend accessibles au grand public, avec réussite ! 

(LA)HORDE / Ballet national de Marseille • WE SHOULD HAVE NEVER WALKED ON THE MOON

L’exposition, dont le titre est tirée d’une citation de Gene Kelly, inclut deux de leurs oeuvres chorégraphiques « Weather is sweet » et « To da bone » mais aussi celles d’invités prestigieux : Lucinda Childs (Concerto), Oona Doherty ( Lazarus), Cécilia Bengolea et François Chaignaud (Grime Ballet, Danser parce qu’on ne peut pas parler aux animaux). Toutes les pièces sont interprétées par les danseurs du Ballet national de Marseille, à l’exception des 8 jumpers de « To da Bone » dont l’énergie est particulièrement communicative.

TO DA BONE / Collectif (LA)HORDE

Notre coup de cœur parmi ces 21œuvres s’est porté sur « Liminal Space », un show impudique, charnelle et cérébrale particulièrement dérangeant et envoûtant voire obsédant. Tour à tour deux danseurs-euses viennent sur scène expérimenter les jeux de l’amour : la séduction, la domination ou la soumission, jusqu’à se mettre à nu au sens propre comme au figuré. Ces jeux, on les retrouve dans « Weather is sweet », une danse contemporaine exaltée, à l’image d’une jeunesse qui se cherche et qui redéfinit les codes de la sexualité au cœur d’une société patriarcale occidentale. Tout cela est évidemment libre d’interprétation !

Weather is sweet de (La)Horde – © Theo Giacometti

« We should have never walked on the moon » se découvre réellement comme un exposition et se dévoile au rythme du visiteur, libre de passer un tableau et de s’attarder sur un autre. Chaque pièce est visible pendant toute la durée du show, une expérience émotionnelle et sensorielle unique !

We should have never walked on the moon au Théâtre Chaillot jusqu’au 4 novembre 2022.
Informations pratiques : www.theatre-chaillot.fr