Frànçois & The Atlas Mountains retour rohmérien

Coucou ! Frànçois & The Atlas Mountains est de retour avec « Banane bleue », un opus cru et poétique .

« Coucou » extrait du dernier album de Frànçois & The Atlas Mountains « Banane Bleue »

C’est par un « Coucou » que Frànçois & The Atlas Mountains nous signifie son retour, une chanson qui donne le ton, poétique et cru de son nouvel album « Banane Bleue ». « Coucou ! Comment vas-tu ? – Pourquoi elle demande puisque je peux plus lâcher ma dose dans son… » Et oui ! Il faut dire que ce mot « Coucou » a de quoi énerver le principal intéressé qui précise : « Il exprime pour moi une forme de naïveté douceâtre, un peu fausse. Et devient d’autant plus absurde quand il vient de quelqu’un qu’on a follement aimé ». Pour autant, il se dégage de « Banane Bleue » une atmosphère doucement enjouée. Les rayons du soleil californien, engendrés par des guitares et des basses lumineuses, sont parfaitement palpables. Frànçois Marry, désormais quasiment seul aux commandes du groupe, a composé ce nouvel album sur la route, entre Berlin, Athènes et Paris, avec parfois les moyens du bord et beaucoup de légèreté, même s’il y est question de rendez-vous manqués et d’incompréhensions.

« Julie » extrait du dernier album de Frànçois & The Atlas Mountains « Banane Bleue »

Pour l’occasion, Frànçois Marry a mis de côté les expérimentations afro-électro de ses deux précédents albums pour renouer avec les rêveries romantiques et crues presque rohmériennes de « E Volo Love ». Ce n’est pas pour nous déplaire !

« Banane Bleue », le nouvel album de Frànçois & The Atlas Mountains

A lire aussi :

De Stromae à Adele en passant par James Blake et Yoa, la playlist de la semaine

Au programme : Stromae, Adele, James Blake, Savanah, Yoa, Lùisa, LP, Crystal Murray, Moonchild Sanelly & Sad Night Dynamite et Emily Wells.

Flèche Love : « Si je n’avais pas été une musicienne, je pense que j’aurais été une scientifique. »

Comme Björk ou Grimes, Flèche Love perçoit la musique tel un terrain d’expérimentation et trouve l’inspiration dans les sciences. Avec le très attendu « Naga (Part 2) », l’artiste suisso-algérienne clôt de façon magistrale son diptyque sensationnel et nous plonge dans un univers foisonnant dans lequel le rap, les rythmes tribaux et les cœurs puissants se côtoient, tout comme les paillons à tête de mort et les satellites de Saturne. Nous l’avons rencontrée.

Le Musée d’Orsay met en lumière la face collectionneur du peintre Paul Signac

Peintre autodidacte et pionnier du pointillisme aux côtés de Georges Seurat, Paul Signac était aussi un grand collectionneur d’art. Le Musée d’Orsay dévoile une grande et belle partie de ses acquisitions le temps de l’exposition « Signac collectionneur ». Incontournable !