Qu’est-ce que la Neue Sachlichkeit (Nouvelle Objectivité) ? La réponse du Centre Pompidou à travers l’œuvre d’August Sander, un des plus influents photographes du 20e siècle. Focus sur la transgression!

Pour expliquer ce qu’était la Neue Sachlichkeit (Nouvelle Objectivité) en Allemagne, le Centre Pompidou a rassemblé plus de 900 œuvres : peinture, photographie, architecture, design, cinéma, théâtre, littérature et  musique. En résulte une exposition gigantesque et hétéroclite : « Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander ».

Jeanne Mammen – Transvestitenlokal (Bistrot pour travestis), vers 1931 © Benoit Gaboriaud

 « Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander » s’articule autour du chef-d’œuvre du photographe August Sander, « Menschen des 20. Jahrhunderts [Hommes du 20e siècle] », qui constitue une exposition dans l’exposition. Ses photographies mettent en lumière toute une époque, celle de l’Allemagne de l’Entre-deux-guerres. Autour : 8 sections, comme 8 dialogues avec le photographe, viennent compléter cette grande histoire de l’humanité. Grâce à une scénographie ludique et particulièrement originale, les chapitres orbitaux , « Standardisation , « Montages », « Les choses », « Persona froide », « Rationalité », « Utilité », « Transgressions » et « Regard vers le bas », répondent ou complètent le recueil de portraits d’August Sander divisé de la façon suivante : « Le paysan », « L’ouvrier », « La femme », « Les États », « Les artistes », « La grande ville » et « Les derniers hommes ». 

Vue de l’exposition Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander © Benoit Gaboriaud

Le chapitre le plus surprenant, celui qui met le plus en exergue l’ambiguïté de ce mouvement, est celui consacré à la transgression. En 1918, après avoir occupé les postes vacants durant le conflit, les femmes sont désormais implantées sur le marché du travail et obtiennent le droit de vote. Pour rivaliser avec les hommes, elles les imitent et optent pour une apparence androgyne. Pour souligner ce phénomène relativement nouveau, Jacobi photographie les frère et sœur Erika et Klaus Mann, enfants de l’écrivain Thomas Mann, portant les mêmes vêtements et apparaissant sur l’image presque identiques. A Berlin, dans le célèbre cabaret de l’Eldorado, les artistes travestis poussent plus loin encore cette confusion des genres. Une importante subculture homosexuelle se développe dans ces clubs tolérés par la police. La peintre et dessinatrice Jeanne Mammen immortalise avec tendresse le joyeux quotidien des travestis, notamment dans l’aquarelle « Transvestitenlokal (Bistrot pour travestis) », vers 1931. A l’opposé, d’autres artistes, comme Otto Dix, ne font pas l’impasse sur des caricatures relativement homophobes ou réduisent à néant l’émancipation de la femme, à travers des représentations violentes de féminicides par des hommes hétérosexuels.

Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander (Transgressions) © Benoit Gaboriaud

Accès sur le social et ses évolutions, la Nouvelle Objectivité se caractérisait par la volonté de représenter la réalité sans fard mais pour un artiste, comme le montre très bien l’exposition, il est parfois difficile de ne pas prendre parti et de la juger de façon totalement subjective. Bien évidemment incompatible avec le nazisme, ce courant s’achève en 1933 !

Vue de l’exposition Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander © Benoit Gaboriaud

Difficile de résumer en quelques lignes cette exposition grandiose et passionnante mais nous vous proposons un bel aperçu dans notre portfolio ci-dessous.

Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander au Centre Pompidou jusqu’au 5 septembre 2022.
Informations pratiques : www.centrepompidou.fr