Vue de l’exposition Walter Sickert – Peindre et transgresser au Petit Palais © Benoit Gaboriaud