Au premier coup d’œil, les peintures d’Eugène Leroy (Tourcoing 1910 – Wasquehal 2000) paraissent vulgaires, faites de coups de peinture grossiers, mais de cette matière épaisse se dégage très vite une poésie mélancolique et étonnante.