Vue de l’exposition Enki Bilal au Musée de l’Homme © Benoit Gaboriaud